« ORDRE CONSTITUTIONNEL, KABILA ET SON OPPOSITION PRIS A LEUR PROPRE PIÈGE »

SOULEVEMENT POPULAIRE_
IL Y A UNE JUSTICE, DE PACOTILLE CERTES, MAIS IL S’AGIT DE CELLE LA MÊME QUI A INCARCÉRÉ PLUSIEURS KONGOLAIS SANS MÉNAGEMENT.
BEAUCOUP D’ACTEURS SOCIO POLITIQUES CONGOLAIS SONT EMPRISONNES ILLÉGALEMENT SANS QUE CELA NE DÉRANGE NI LA COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE, NI LES POURRITIQUES CONGOLAIS QUI ONT JURE OBÉISSANCE A L’ORDRE CONSTITUTIONNEL ACTUEL AU CONGO QUI EST GARANTI PAR KABILA.
LORSQUE LA JUSTICE SE PRONONCE, IL Y A UNE PROCÉDURE POUR ANNULER CELLE LA, ET SI CETTE PROCÉDURE N’EST PAS EFFECTUÉE, IL NE SERA JAMAIS QUESTION DE REVOIR LA DÉCISION DE LA JUSTICE QU’ON INCRIMINE.
MOSHE SORIANO, DE MÈRE ZAMBIENNE ET DE PÈRE GRECO CHYPRIOTE ITALIANO ISRAELO CONGOLAIS, DEMI FRÈRE DE SORIANO KATEBE KATOTO, A ÉTÉ ACCUSE PAR UN CITOYEN GRECQUE, ET LA SENTENCE A ÉTÉ PRONONCÉE A 3 ANS DE PRISON FERME ET UNE AMENDE DE 1 MILLION DE DOLLARS.
BIEN QUE CETTE JUSTICE LA NOUS NE LA RECONNAISSONS PAS, IL FAUT LE DIRE, ELLE APPARTIENT A L’ORDRE CONSTITUTIONNEL QUE MOSHE SORIANO ET LES POURRITIQUES CONGOLAIS RECONNAISSENT, ET DONT KABILA EST LE GARANT.
ON NE PEUT PAS USER DE LA LOI QUE LORSQU’ELLE EST A NOTRE AVANTAGE, ET QUAND ELLE NOUS ACCUSE, NOUS PARLONS DE MANIPULATION.
DE CE FAIT IL EST ANORMAL DE REJETER LA DÉCISION D’UNE JUSTICE DE PARODIE ALORS QUE NOUS RECONNAISSONS L’ORDRE CONSTITUTIONNEL QUI L’ÉTABLIT. IL Y A UNE INDÉCENTE FUITE DE COHÉRENCE INTELLECTUELLE QUI NÉCESSAIREMENT DEVRA NOUS FAIRE RÉFLÉCHIR.
AU STADE OU NOUS SOMMES, ET APRES LA DÉCISION DE LA JUSTICE SUR L »AFFAIRE DE SPOLIATION IMMOBILIÈRE PAR MOSHE SORIANO, CE DERNIER DOIT ETRE AUTOMATIQUEMENT INCARCÉRÉ S’IL FOULE SES PIEDS AU KONGO, PEU IMPORTE L’ENDROIT.
LE RÔLE DE LA LOI, SON ESSENCE PREMIÈRE EST QU’ELLE S’APPLIQUE SUR TOUT LE MONDE SANS EXCEPTION.
MAINTENANT QUE MOSHE SORIANO DOIT ETRE INCARCÉRÉ IMMÉDIATEMENT UNE FOIS QU’IL FOULERA SES PIEDS SUR LE SOL CONGOLAIS, CELA ÉQUIVAUDRA A DIRE QU’IL PERDRA SES DROITS POLITIQUES ET CIVILS SELON LA CONSTITUTION.
MOSHE SORIANO DEVRA ETRE DISQUALIFIE DE LA COURSE ILLÉGALE A LA PRÉSIDENCE QU’IL S’EST PORTE CANDIDAT, PUISQU’EN PLUS LES ARTICLES 10 ET 72 DE LA CONSTITUTION SONT CLAIRS SUR LES QUESTIONS DE NATIONALITÉ D’ORIGINE ET DE LA JOUISSANCE DE LA PLÉNITUDE DE SES DROITS CIVILS ET POLITIQUES.
VOILA POURQUOI L’ARTICLE 62 DE LA CONSTITUTION DIT CLAIREMENT AUX KONGOLAIS: « NUL N’EST CENSÉ IGNORER LA LOI. TOUTE PERSONNE EST TENUE A RESPECTER LA CONSTITUTION ET DE SE CONFORMER AUX LOIS DE LA RÉPUBLIQUE ».
ET POURTANT LES LOIS DE LA RÉPUBLIQUE FONT PARTIE DE CE QUE EUX MÊMES LES POURRITIQUES APPELLENT AVEC AFFECTION « ORDRE CONSTITUTIONNEL », ET QU’ILS DEMANDENT A QUI VEUT LES ENTENDRE, DE RESPECTER.
EST PRIS CELUI QUI CROYAIT PRENDRE, J’ATTENDS VOIR LA RÉACTION DU « GARANT DE LA CONSTITUTION » L’IMPOSTEUR USURPATEUR GÉNOCIDAIRE HYPPOLITE KANAMBE ET SA JUSTICE, MAIS SURTOUT DE LA CLASSE POURRITIQUE CONGOLAISE QUI A JURE SA SOUMISSION A L’ORDRE CONSTITUTIONNEL, C’EST A DIRE AU POUVOIR DE KABILA.
BOKOMONA KIMBRIKITI!
IBOBO!
« Z »