« FEMME KONGOLAISE QUE FAIS-TU DE TON POUVOIR? »

10421209_1623249574593092_8111791040274069276_n

LE TRAVAIL À FAIRE ÉTANT ÉNORME DANS CE PAYS, NOUS DEVONS ADMETTRE QUE L’ALIÉNATION DU PEUPLE TIENT SA FONDATION SUR LA FEMME.
DEPUIS PLUSIEURS SIÈCLES, LA FEMME KONGOLAISE EST RÉDUITE À LA BONNE À TOUT FAIRE AU KONGO PAR LES ESCLAVAGISTES QUI ONT TRANSMIS CE POUVOIR A LEURS AVATARS, ET QUI CES DERNIERS PÉRENNISENT ALLÈGREMENT.
UNE POSTURE DE SOUMISSION QUI TIENT SES RACINES DANS LE DISCOURS IDÉOLOGIQUE DE WYLLIE LYNCH.
L’ÂME DE LA NATION EST LYNCHEE EN ACTION DIRECTE SUR L’ÊTRE FEMME, AINSI LA SOUMISSION DU PEUPLE EST EFFECTIVE AU FIL DU TEMPS ET DE GÉNÉRATIONS.
ÉTANT CELLE QUI ÉDUQUE LES ENFANTS, CELLE QUI TIENT LA FAMILLE, LA FEMME KONGOLAISE DÉPOURVUE DE TOUTES SES CAPACITÉS COGNITIVES EST L’OUTIL EXCEPTIONNEL ENTRE LES MAINS DES ESCLAVAGISTES POUR PÉRENNISER LEUR DOMINATION SUR LE KONGO.
EN EFFET EN CHOSIFIANT LA FEMME KONGO, L’OPPRESSEUR A INVESTI DANS LES GÈNES KONGOLAIS SON OEUVRE D’ ABRUTISATION COLLECTIVE.
L’ÉDUCATION DE LA NATION EST BRISÉE À SA RACINE A TRAVERS DES GÉNÉRATIONS.DES GÉNÉRATIONS ENTIÈRES OPPRIMÉES GÉNÉTIQUEMENT, NAISSENT ET SE REPRODUISENT DANS ET AVEC UN TRAUMATISME MULTISECULAIRE ANIMÉ D’UNE INCONSCIENCE QUI PREND DE LA PUISSANCE DE GÉNÉRATION EN GÉNÉRATIONS.
L’ÉDUCATION DE LA NATION EST BRISÉE À SA RACINE A TRAVERS DES GÉNÉRATIONS, GRÂCE À L’ENTRETIEN DE LA CHOSIFICATION DE LA FEMME KONGOLAISE.

SOUMETTRE UNE FEMME C EST SOUMETTRE TOUTE LA NATION.
LA MALADIE DU KONGO SE TROUVE CONFORTÉE DANS SON ORIGINE MÊME.
VOUS REMARQUEREZ QUE DANS TOUS LES SYMBOLES DE L’ABRUTISSEMENT DU KONGO, LA FEMME EST TOUJOURS UTILISEE EN FIGURE DE PROUE, ET EST AU CENTRE DE LA MANOEUVRE.
DANS TOUS LES CERCLES DE DÉPRAVATION, LA FEMME EST CELLE QUI EN SUBIT LA PLUS.
LA CHOSIFICATION DE LA FEMME KONGOLAISE EST UNE ŒUVRE SAVAMMENT RÉFLÉCHIE POUR INOCULER LE POISON DE DÉNATURATION DE L’ÂME DE LA NATION.
CE TRAVAIL EST FAIT DE MANIÈRE MÉTHODIQUE DEPUIS LE 15 IÈME SIÈCLE, ET CONTINUE DANS LE TEMPS CONTEMPORAIN AVEC UNE FORME DE BESTIALITÉ INIMAGINABLE, TOUT EN PRENANT UNE FORME SYSTÉMIQUE.
À L’HEURE OÙ DANS D’AUTRES CIEUX L’ÉMANCIPATION DE LA FEMME ATTEINT DES NIVEAUX SURÉLEVÉS, AU KONGO, LA FEMME RESTE LA « CHOSE DE FOIRE » QUI SERT À AMUSER LA GALERIE, A RENDRE LE PEUPLE INCONSCIENT, MAIS AUCUNEMENT À FAIRE RÉFLÉCHIR, SI CE N’EST POUR L’EXPRESSION DANS SON PAROXYSME DE LA BRUTALITÉ DE L’HOMME SUR L’HUMAIN.

SUR LE PLAN SPIRITUEL, VOUS REMARQUEREZ QUE DANS LES ÉGLISES ABRAHMISTES, CETTE ARME DE DESTRUCTION DE L’ESPRIT, LA FEMME EST CELLE QUI REMPLIT LES BÂTISSES.
FAITES UN TOUR CHEZ LES PASTEURS DES ÉGLISES DU SOMMEIL POUR CONSTATER QUE LES FERVENTS CROYANTS QUI SONT EN TRANSE ET QUI ABONDENT DANS CES LIEUX, SONT DES FEMMES.
DANS LE RAYON CULTUREL, L’EXEMPLE LE PLUS FRAPPANT EST D’OBSERVER LES GROUPES MUSICAUX POUR COMPRENDRE TOUT DE SUITE QUE CE SONT LES FEMMES QUI SONT EXPLOITÉES, MAIS SURTOUT QUI ADULENT LES ARTISTES PERVERS ET CORROMPUS DE L’OCCUPATION.
LES GROUPES DE « THÉÂTRE DE CHEZ NOUS » KONGOLAIS CE SONT LES FEMMES QUI SONT LES PREMIERS FANATIQUES, MAIS SURTOUT QUI SONT TRAITÉES DANS CES ASSOCIATIONS COMME DES OBJETS.
CETTE PROPENSION DE LA FEMME CONGOLAISE A SE DÉLECTER DE LA BÊTISE EST AUSSI OBSERVABLE DANS LES RÉSEAUX SOCIAUX, OU IL SUFFISAIT JUSTE DE FAIRE UN TOUR DES PAGES À POLÉMIQUE CONGOLAISES POUR CONFIRMER QUE LES ABONNÉS QUI DÉBORDENT EN NOMBRE, QUI COMMENTENT ET PARTAGENT CES BÊTISES, SONT LES FEMMES.

ÇA PART DE LA VIOLENCE SEXUELLE EXTRÊME, L’HUMILIATION, LA MARCHANDISATION, À L’USAGE D’ATTRACTION RELIGIEUSE POUR LES ÉGLISES DU SOMMEIL.
UN TRAVAIL MÉTICULEUX EST RÉALISÉ AVEC UNE PRÉCISION DÉMONIAQUE POUR GARDER LA FEMME KONGOLAISE EN ÉTAT DE CHOSIFICATION ET D’INCONSCIENCE TOTALE DE SON POUVOIR VIS À VIS DE LA NATION.
DANS LES ŒUVRES CULTURELLES, TOUT EST FAIT POUR TERNIR L’IMAGE DE LA FEMME, ET TRÈS SOUVENT AVEC SON ACCORD EXPLICITE.
LE TRAVAIL DE RENDRE LA FEMME ASSUJETTIE EST FAIT À OUTRANCE POUR JUSTEMENT EMPÊCHER A CETTE DERNIÈRE DE CIMENTER LA CONSCIENCE COLLECTIVE, GRÂCE À LA PÉDAGOGIE QU’ELLE EXERCE SUR LA FAMILLE EN PARTANT DE L’ÉDUCATION DE L’ENFANT.
UN PAYS NE PEUT SE RELEVER QUE SI LES DROITS DE LA FEMME SONT MIS EN AVANT ET SURTOUT SI LE SYSTÈME POLITIQUE S’AFFAIRE À FAIRE RESPECTER STRICTEMENT L’ÊTRE FEMME, ET QUE LA FEMME PREND CONSCIENCE DE SA VALEUR DANS LA CONSTRUCTION DE LA NATION.
IL EST IMPOSSIBLE DE PENSER SORTIR LE KONGO DE SA LÉTHARGIE SANS DONNER LA PRIORITÉ À LA FEMME KONGOLAISE.
DANS LA BANTUCRATIE, CETTE APPROCHE EST SCELLÉE SPIRITUELLEMENT PUISQUE SI NOUS ABORDONS LA QUESTION DANS LA COSMOGONIE KONGO, NOUS RÉALISONS TRÈS VITE QUE NOUS SOMMES UNE SOCIÉTÉ QUI DONNE LE POUVOIR SPIRITUELLE ET PHYSIQUE D’ABORD À LA FEMME.

CE N’EST PAS EN VAIN QUE SI L’ESCLAVAGISTE A COMMENCÉ PAR DÉTRUIRE LA FEMME KONGO DES SES PREMIERS CONTACTS AVEC NOTRE TERRE.
VOUS REMARQUEREZ QUE LA PREMIÈRE VRAIE TRAHISON DE L’ÉTAT EST PASSÉE PAR LA FEMME.
ELEONOR QUI FUT LA FEMME OFFICIELLE DE NZINGA KUVU, FUT CELLE PAR LAQUELLE L’ÉGLISE ESCLAVAGISTE CATHOLIQUE UTILISA POUR DÉTRÔNER LE ROI NZINGA KUVU, AU NOM DE LA RELIGION VERS LE 15IEME SIÈCLE.
LA PREMIÈRE GUERRE CIVILE AU KONGO, OÙ LES IMPÉRIALISTES COMBATTIRENT LES PREMIERS RÉSISTANTS ET NATIONALISTES KONGO, SE FORGEA PAR UNE ALLIANCE ENTRE LES PORTUGAIS « L’ÉGLISE ESCLAVAGISTE CATHOLIQUE », ELEONOR LA FEMME DE NZINGA KUVU, ET SON FILS NZINGA MBEMBA, CONTRE NZINGA KUVU, SON FILS NE MPANZU NZINGA ET LES NATIONALISTES KONGO.
EN AGISSANT DIRECTEMENT SUR ELEONOR, LES CATHOLIQUES SAVAIENT QUE C’ÉTAIT LE COEUR DU SYSTÈME KONGO QU’ILS ATTEIGNAIENT ET INDIRECTEMENT ILS SOUMETTAIENT LA NATION ENTIÈRE.
PAS BESOIN DE VOUS DIRE QUE LE CAMPS DE NATIONALISTES PERDIT LA GUERRE AU BOUT DE 3 ANS, ET QUE ELEONOR ET SON FILS NZINGA MBEMBA ALIAS ALPHONSO 1ER PRIRENT LES RÊNES DU PAYS, AVEC LA MAIN NOIRE CATHOLIQUE DERRIÈRE.
COMME ILS ÉTAIENT DANS UNE DÉMARCHE QU’ILS VOULAIENT TRANSGENERATIONNELLE, IL FALLAIT QU’ILS PRENNENT CONTRÔLE DE LA FEMME, L’ABRUTIR, POUR QU’ELLE PUISSE TRANSMETTRE CET ABRUTISSEMENT AUX GÉNÉRATIONS SUIVANTES.

#METATRON

TOUS DROITS RÉSERVÉS DADDY NGANGA, IN « LE TRAITÉ DU SOLARIEN » WORK IN PROCESS