« COUP D’ÉTAT CONSTITUTIONNEL CONTRE LE KONGO »

viol_m
VITALO ET LES DIALOGUISTES DU CAMP TSHATSHI VIENNENT DE MONTER UNE CABALE CONTRE LA NATION KONGOLAISE.
UN COUP D’ETAT CONSTITUTIONNEL OPÉRÉ PAR UN GROUPE D’INDIVIDUS QUI VEUT S’ACCAPRER DU POUVOIR EN VIOLATION DE LA CONSTITUTION.
CE GROUPE D’INDIVIDUS EST LA MAJORITÉ KABILISTE ET CES OP-POSANTS QUI SE RÉUNISSENT À CE DIALOGUE.
VOILÀ POURQUOI L’ARTICLE 64 DOIT ÊTRE APPLIQUÉ, CAR IL NE S’AGIT NULLEMENT D’UN RÉGIME CONSTITUTIONNEL QUI GARANTIT LA CONSTITUTION.
 
LA CONSTITUTION EN SON ARTICLE 73 EXIGE À CE QUE L’ÉLECTION AIE LIEU DANS LES 90 JOURS AVANT LA FIN DU MANDAT DU PRÉSIDENT EN EXERCICE.
RENVOYER CES ÉLECTIONS À UNE DATE EXTRA CONSTITUTIONNELLE EST PUREMENT ET SIMPLEMENT UNE VIOLATION CONSTITUTIONNELLE.
KABILA N’EST PLUS EN POSITION QUE LUI OCTROIE L’ARTICLE 69, ET CEUX QUI MANOEUVRENT DANS LE MÊME SENS À RENVOYER L’ÉLECTION EN DEHORS DES EXIGENCES DE L’ARTICLE 73 SONT COMPLICES DE CE COUP D’ETAT.
 
CE POURQUOI IL DEVIENT IMPÉRATIF AUX KONGOLAIS D’UTILISER L’ARTICLE 64 DE LA CONSTITUTION EN SON PREMIER ALINÉA, ET LE PEUPLE DOIT SAVOIR QUE L’ALINÉA 2 DE CET ARTICLE LE COUVRE TOTALEMENT, CAR LE RÉGIME DE KABILA N’EST PAS CONSTITUTIONNEL.
NOUS DEVONS AGIR CONSÉQUEMMENT CONTRE CETTE FAMILLE DES MAFIOSI COMPOSÉE DES RÉSIDUS DE LA MÉDIOCRITÉ POLITIQUE ET DE LA COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE QUI VEUT ENTÉRINER CETTE VIOLATION FLAGRANTE DE LA CONSTITUTION QUI RÉGIT LE CONGO DÉMOCRATIQUE.
 
MAKI YA NZAMBE!
 
IBOBO!
« Z »